bratata
A+ A- A

Logo mediatheque seul02

Médiathèque de Saint-Fons

Hallé, Francis

Botaniste. - Professeur à l'Université de Montpellier II (en 1990). - Directeur du laboratoire de botanique tropicale à l'Université de Montpellier (en 1996)
Biologie d'une canopée de forêt équatoriale : rapport de mission Radeau des cimes... / sous la dir. de Francis Hallé et Patrick Blanc, 1990
La condition tropicale / Francis Hallé, impr. 2014
BN Cat. gén. 1960-1969
Autorités Sudoc - http://www.idref.fr/autorites/autorites.html (2014-05-23)

Wikipédia


Né d’un père ingénieur agronome et d’une mère férue d’art, d’histoire et de poésie, Francis Hallé est le benjamin d’une famille de sept enfants. Son père agronome et sa mère qui « adorait les plantes » lui ont mis la passion de la botanique dans la tête.
Sous l’influence de son frère aîné, Nicolas, botaniste au Muséum d'histoire naturelle de Paris, il fait des études universitaires en biologie.Docteur en biologie, diplômé de la Sorbonne, et docteur en botanique, il est également diplômé de l’université d’Abidjan. Ancien professeur de botanique à l’université de Montpellier, il se spécialise en écologie des forêts tropicales humides, s’installant dans les régions tropicales pour en étudier les forêts primaires, d’abord, de 1960 à 1968, en Côte d'Ivoire où ses enfants sont nés, puis au Congo, au Zaïre et en Indonésie. À partir de 1964, il se spécialise dans l’étude de l’architecture des plantes vasculaires.
C'est un fervent défenseur des forêts primaires, c’est-à-dire les forêts jamais exploitées par l’homme, qui ne représentent plus aujourd’hui que 5 à 10 % des forêts terrestres mais constituent, selon lui, plus des trois quarts des réserves de biodiversité de la planète.

"Ses convictions sont ancrées dans le sol, comme les racines de ses amis feuillus et branchus. Son amour pour les forêts primaires est infini."


Il collabore avec Luc Jacquet et l'association Wild-Touch pour le film Il était une forêt#tag:ref|Initialement intitulé La Forêt des pluies.|group=note (2013) sur les dernières grandes forêts du monde et les dangers qui les guettent.

"Tout le monde le sait, descendre au jardin ne résout pas les problèmes de la vie quotidienne, mais les relativise et les rend plus supportables. Sigmund Freud a eu ce regret tardif : « J’ai perdu mon temps ; la seule chose importante dans la vie, c'est le jardinage."