bratata
A+ A- A

Logo mediatheque seul02

Médiathèque de Saint-Fons

ornament 3131097 1280Envie de découvrir un pays à travers ses auteurs ?

De parcourir, grâce à sa littérature, des paysages variés et de se familiariser avec la culture russe et les habitants de ce pays complexe et fascinant ?

Plongez-vous dans la sélection proposée par les participantes des Rencontres littéraires !

Des romans contemporains, des classiques, des polars ou des récits. Il y en a pour tous les goûts ! Certains ont plu, d'autres moins...

A vous de trancher !

 



le poissonLe poisson de Piotr ALECHKOVSKI
Véra aurait aimé être archéologue, comme son père. Mais un évènement traumatisant l'a conduit à l'hôpital. Elle commence alors à s'intéresser aux soins donnés aux personnes malades et finit par devenir infirmière. Durant sa jeunesse, elle fantasme sur un retour possible en Russie, à Moscou, contrée de ses origines et de ses parents. Elle-même n'a jamais vécu qu'en Asie centrale, et ne pourra réaliser son rêve de grand retour qu'une fois l'URSS disloquée.


L’avis d'Yvette M.
Roman intéressant sur la Russie contemporaine et la condition des femmes. Cependant, il est un peu diffcile de se familiariser avec les noms des personnages. 

 

 

la fin de l homme rouge ou le temps du desenchantementLa fin de l'homme rouge ou le temps du désenchantement de Svetlana ALEXIEVITCH
Svetlana Alexievitch s'acharne à garder vivante la mémoire de cette tragédie qu'a été l'URSS. Le communisme avait un projet insensé : transformer l'homme ancien. En 70 ans, on a créé un type d'homme particulier, l'Homo sovieticus. C'est lui qu'elle a étudié, cet homme rouge condamné à disparaître avec l'implosion de l'Union soviétique qui ne fut suivie d'aucun procès de Nuremberg malgré les millions de morts du régime. Dans ce magnifique requiem, des humiliés et des offensés, des gens bien, d'autres moins bien... A la fin subsiste cette interrogation lancinante : pourquoi un tel malheur ? Le malheur russe ? Impossible de se départir de cette impression que ce pays a été "l'enfer d'une autre planète".


L’avis de Françoise
Il s'agit d'un recueil de témoignages (plus de cent !) qui nous renseignent sur la politique, notamment la période de la Perestroïka, et sur la vie quotidienne des russes. Passionnant et agréable à lire ! Françoise nous conseille également la lecture de La Supplication. 
Svetlana Alexievitch a reçu le Prix Nobel de Littérature en 2015. 


accompagnatriceL'accompagnatrice de Nina BERBEROVA
Saint-Pétersbourg, 1919. Sonetchka, une jeune fille, est engagée par Maria, une cantatrice de la haute société, pour être son accompagnatrice. Maria est belle et talentueuse ; Sonetchka est insignifiante et miséreuse. Parce que la soprano rayonne et qu'elle a tout, alors qu'elle-même n'a rien, Sonetchka, d'abord fascinée, entreprend bientôt de détruire le bonheur trop parfait de la chanteuse... 


L’avis de Claude
Petit livre qui se lit facilement. Traduction de qualité. Un très bonne lecture !
Le roman a fait l'objet d'une adaptation cinématographique par Claude Miller en 1992. 

 

 

 

Enfants de saint petersbourgLes enfants de Saint-Pétersbourg de Sergueï BOLMAT 
Tioma, Anton, Marina et la Coréenne Kho, jeunes noctambules branchés, errent dans Saint-Pétersbourg à la recherche d'un avenir meilleur. Ils gagnent leur vie avec des petits boulots. Jusqu'au jour où Marina et Kho se retrouvent en possession du téléphone portable d'un tueur à gages. Par jeu, elles acceptent un premier contrat : un vieux couple d'entrepreneurs cherche à se débarrasser d'un mafieux... En s'inspirant de l'effervescence de la Russie post-Glasnost, Sergueï Bolmat nous offre un thriller à la fois psychédélique et attachant qui fait frissonner la cultivée Saint-Pétersbourg comme une murder City à la Tarantino.


L’avis de Roselyne

Roman policier qui met en scène trois jeunes dans une Russie violente. Intéressant, de belles descriptions, mais glauque. Le terme de psychédélique lui convient en effet très bien !



dachkova

Les pas légers de la folie de Paulina DACHKOVA
Lorsque Mitia Sinitsine, auteur-compositeur au modeste talent, est retrouvé pendu dans la cuisine de son appartement moscovite, la milice boucle le dossier en un tournemain. L'autopsie révèle qu'il venait de prendre une forte dose de drogue. La conclusion s'impose donc d'elle-même : suicide sous l'influence de stupéfiants. Seule Léna Polianskaïa, la meilleure amie du défunt, a quelques raisons d'avoir des doutes. Les investigations qu'elle entreprend ne font que confirmer ses pressentiments. Et ses soupçons se muent en certitude lorsqu'elle et sa petite fille réchappent par miracle à un attentat. Léna Polianskaïa dérange quelqu'un... Un personnage au pouvoir considérable, à l'intelligence diabolique et disposant apparemment de ressources financières illimitées.

L’avis de Claude 
Très bon roman policier dont l'enquête se focalise sur un tueur en série.

 

femme douceUne femme douce de Fedor DOSTOÏEVSKI
Dans son avant-propos, Dostoïevski, à l'époque hanté par le problème du suicide, résume lui-même Une femme douce : "Imaginez un mari dont la femme s'est tuée en se jetant quelques heures auparavant par la fenêtre, et qui est là, étendue sur la table. Il est bouleversé et n'a pu encore rassembler ses idées. Il erre à travers les chambres et s'efforce de découvrir un sens à ce qui vient de se passer". Le monologue du mari revient à travers un long flashback sur l'immense malentendu de sa vie conjugale passée, faite toute entière de non-dits, d'orgueil et de haine-amour pour cette jeune femme singulière et mystérieuse.


L'avis de Janine
Il s'agit d'une nouvelle, qui se lit vite. Un homme fait le bilan de sa vie

 

baies sauvages

Les baies sauvages de Sibérie d'Evgueni EVTOUCHENKO
On rencontre dans ce roman une foule de personnages : des paysans, des géologues, des étudiants, de jeunes poètes russes et même un astronaute. Cette chronique de toute une époque, qui va de la Guerre civile au monde le plus actuel est une extraordinaire image de la société soviétique contemporaine. Des êtres de chair y vivent et y souffrent d'amour, de solitude ou des blessures d'une "faute" passée. Les confessions les plus intimes se mêlent aux tourbillons de l'Histoire, aux menaces du présent et de l'avenir. Nous y retrouvons ces "noires profondeurs" de l'humain que seul le roman russe peut sonder avec cette force incomparable. Tout cela se passe dans l'immense Sibérie. Et cette Sibérie n'est pas seulement celle du Goulag ; c'est aussi celle des baies sauvages, à la fois douces et amères, que l'on cueille dans la taïga profonde...


L’avis de Janine 

Lecture intéressante, mais fastidieuse. Janine n'a pas réussi à le finir.

 

les pingouins n ont jamais froidLes pingouins n’ont jamais froid d’Andreï KOURKOV
Victor, journaliste spécialisé dans les rubriques nécrologiques, et son étrange compagnon Micha, un pingouin récupéré au zoo de Kiev, ont été séparés. A son retour d'Antarctique, Victor se met donc en quête de Micha, sillonne l'Ukraine et la Russie, et va jusque dans les plus sombres recoins de la Tchétchénie. Malgré son incroyable instinct de survie, Victor a fâcheusement tendance à se retrouver dans des situations aussi rocambolesques que périlleuses. Au fil de ses recherches, il va ainsi croiser bien des figures de l'ancienne Union soviétique, livrée aux désordres en tout genre, à la mafia, à la corruption de la police et des hommes politiques. Sans compter la mort qui rôde en Tchétchénie et avec laquelle il va devoir composer...


L'avis de Juana
Livre très sympa à lire ! L'auteur faire preuve d'un humour noir et absurde.

 

cauchemarLe cauchemar d'Alexandra MARININA
Pluie, boue et angoisse, novembre est le pire mois pour travailler à la Criminelle de Moscou, et l’inspectrice Anastasia Kamenskaïa est bien déprimée : la Mafia a infiltré son service et elle doit reprendre l’affaire Vika Eremina. Belle hôtesse d’accueil de 26 ans, Vika a été tuée dans les bois de Saviolov. Elle buvait, couchait beaucoup, disparaissait des jours entiers et affirmait qu’on lui avait « volé » un cauchemar. D’après son amant, Boris Kartachov, un psychiatre allait l’interner. Mais comment le croire alors que le psychiatre déclare n’avoir jamais vu la jeune femme ? Pendant ce temps-là, un certain « Arsène », un vieux routard du KGB, a juré la perte de Kamenskaïa.


L’avis de Maryse et Corinne
Très bon roman policier qui permet de s’imprégner du quotidien des Moscovites. 
Contient un lexique avec les noms des personnages et leurs surnoms, ce qui permet de fluidifier la lecture.
Corinne et Maryse conseillent de découvrir les autres polars d'Alexandra Marinina.

le requiemLe requiem : accorde-lui Seigneur le repos éternel d’Alexandra MARININA
Affectée à un service de police analytique, l'inspectrice Anastasia Kamenskaïa a la nostalgie des enquêtes qu'elle menait à la Criminelle de Moscou. Or voilà que l'occasion se présente de travailler avec ses anciens collègues sur le meurtre d'un jeune flic, étudiant à l'école de la milice. Nastia a tôt fait de découvrir que Lera, la jeune amie de la victime, vit avec son grand-père, un repris de justice condamné dix ans plus tôt pour le meurtre de son propre fils et de sa belle-fille. Quel est le secret de Lera ? Pourquoi protège-t-elle Igor, chanteur à la mode, beau et ténébreux, qui a repris les tubes de son père ? Nastia a la conviction que le meurtre des parents de Lera est lié à celui du jeune milicien, mais encore faudrait-il pouvoir le démontrer.


L'avis d’Helga

Roman policier agréable à lire mais Helga a eu un peu de difficulté à ne pas mélanger les noms des personnages.



mensonges de femmesMensonges de femmes de Ludmila OULITSKAÏA
Dans ce roman à épisodes, Ludmila Oulitskaïa nous propose de subtiles variations sur le mensonge au féminin. A travers Génia, le personnage principal, elle nous livre les affabulations d'Irène, Lialia, ou encore Anna... et chaque histoire illustre l'étendue de son talent, son sens de l'observation et, surtout, une grande tendresse pour les faiblesses de la nature humaine.


L’avis de Camille et Catherine
Recueil de nouvelles qui se lit facilement, mais ne laisse pas un souvenir impérissable.

 



L'étrangère aux yeux bleus de Youri RYTHKEOUEtrangère aux yeux bleus
Une jeune ethnographe russe débarque en 1947 à Ouelen, petit village au bord du détroit de Béring, dans le but de nomadiser dans la toundra avec une tribu tchouktche d'éleveurs de rennes. Séduite et fascinée par un jeune Tchouktche rencontré dès son arrivée, elle l'épouse et part vivre avec lui au sein de sa tribu... Roman d'amour pour un peuple à jamais perdu, destin fascinant d'une scientifique rattrapée par sa passion, constat lucide et sans concession des absurdités de l'histoire, ce livre d'un écrivain tchouktche aux prises avec sa mémoire est un véritable plaidoyer spirituel pour les derniers chamanistes.


L’avis d'Yvette B.
Ce roman permet de découvrir un peuple, celui des nomades Tchouktches, et sa culture imprégnée de chamanisme. Les rennes accompagnent leur quotidien. Très bien écrit et traduit. Coup de cœur !

 

 

tolstoiLa mort d'Ivan Ilitch (suivi de Maître et serviteur et de Trois morts) de Leon TOSTOÏ
Trois nouvelles, six morts exemplaires, dont celle d'Ivan Illitch - l'agonie la plus célèbre de la littérature. La mort, la vie et son mensonge - soit qu'au dernier moment on s'accroche encore à ce mensonge comme la vieille dame (Trois morts), soit qu'on s'en dépouille enfin, comme Ivan Illitch, soit qu'on meure, comme l'arbre, "paisiblement, honnêtement, en beauté". "A la grâce de Dieu. Nous y passerons tous un jour !"


L'avis d'Yvette B.
Même si cela fait du bien de relire des classiques (ce livre a été publié en 1886), récit un peu long et écriture datée. Cependant, propos à caractère philosophique intéressant. 

 

 

premier amourPremier amour d'Ivan TOURGUENIEV
Réunis un soir, des amis se racontent leur premier amour. "J'avais alors seize ans. Cela se passait au cours de l'été 1883. J'étais chez mes parents, à Moscou..." Dans la maison voisine, une princesse, jeune fille à la Tourgueniev, délicieuse, pure et volontaire, s'amuse de ses soupirants jusqu'au jour où elle-même succombe à l'amour. Ce récit au charme cruel est une histoire vraie. L'adolescence de Vladimir fut celle de Tourgueniev. Il n'aima vraiment toute sa vie qu'une seule femme, sans en être aimé. Echos de sa jeunesse au milieu des serfs et des paysans russes, de ses peines amoureuses, ces trois nouvelles sont des chefs-d'œuvre de vérité et de poésie.


L'avis de Maryse et Cécile
Longue nouvelle en partie autobiographique. Facile à lire, mais un peu datée. Donne une idée de la vie de la bourgeoisie russe de la fin du XIXe siècle. A découvrir !